Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ivoir-Opinion

La collusion entre le monde des affaires et le pouvoir...familial: ce qui se passe au Tchad est-il différent de ce qui se passe chez nous ? Le bradage de leurs économies fait de Deby et de Ouattara un tandem contre les populations.

23 Juin 2014 , Rédigé par ivoir-opinion louis sévérin ANOUMA

Glencore, le géant mondial des commodities, étend son emprise sur le Tchad – Ecofin

le 21 juin 2014

La semaine passée, l’agence Xinhua annonçait que la société Glencore allait financer pour 1,3 milliard $ le rachat par l’Etat tchadien des 25 % de parts de Chevron, dans les concessions pétrolières de Doba. «Après sept mois d’intenses négociations, la République du Tchad et le groupe Chevron ont signé, le 24 avril 2014, un accord portant sur le transfert à la République du Tchad des intérêts suivants, à un prix d’acquisition d’environ 1,3 milliards de dollars US, soit une participation de 25% dans le consortium Esso-Chevron-Petronas opérant en République du Tchad; une participation de 21,54% dans le capital de la société Tchad Oil Transportation Company (TOTCO); et une participation de 21,26% dans le capital de la société Cameroon Oil Transportation Company (COTCO)», annonçait le communiqué du ministre de l’Energie et du Pétrole, Djérassem Le-Bémadjiel.

Deux mois plus tôt, le 14 avril, Glencore signait un accord pour reprendre la totalité des actions disponibles de la société canadienne Caracal Energy, spécialisé dans l’exploration gazière et pétrolière au Tchad où elle détenait des droits sur une zone pétrolifère de 26 103 km2 dans le sud du pays. L’opération représentait là aussi 1,3 milliards $.

C’est en septembre 2012 que le géant des commodities a fait son entrée au Tchad en achetant à la société canadienne Griffiths Energy International, 25% des gisements de pétrole tchadiens de Mangara et de Badila pour 300 millions de dollars.

Pour mémoire, Griffiths Energy après avoir reconnu des actes de corruption au Tchad, est ensuite devenue Caracal Energy, avant d’être finalement rachetée par Glencore.

Agence Ecofin

Les Brèves de N’Djamena – Le Pétrole du Tchad, le bradage

Publié le 20 juin, 2014

On a appris que Chevron a cédé ses parts au Tchad, puis, non, le Tchad aurait acheté les parts de Chevron à un milliard trois cents millions de dollars et enfin on apprend que c’est la société Glencor qui a fait un prêt du même montant au Tchad. Les choses sont moins limpides. Chevron a quitté le consortium selon lui pour se concentrer sur le mégaprojet en Australie/Alaska, mais en réalité ce sont les agissements, c’est à dire les harcèlements du gouvernement qui ont accéléré cette prise de décision.

La société Glencor est le trader qui vend les 12.5% appartenant au Tchad. Le gouvernement du Tchad a déjà hypothéqué au profit de Glencor pour six cent millions de dollars. Les termes de cette hypothèque n’ont jamais été publiés, on chuchote que Glencor a 30% sur les 12.5% du brut tchadien. Maintenant ce sont un milliard trois cent millions qui viennent s’ajouter aux six cent millions. Et combien Glencor reçoit-il finalement ? Combien le trésor tchadien reçoit-il in fine. Selon des sources fiables, le trésor ne reçoit presque rien, car la Direction commerciale de la SHT a été depuis longtemps délocalisée à DUBAI de connivence avec la société camerounaise, le CAC.

Le Directeur général de la SHT et le Directeur commercial étant des parents par alliances et protégés de la 1ère dame, les miettes qui tombent dans les comptes de DUBAI, après que Glencor et CAC se soient servis, sont tout simplement dilapidées par ce tandem, et tous ceux qui grouillent autour du pétrole tchadien, loin du public tchadien.

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad

Du rififi à l’Ambassade du Tchad à KHARTOUM : l’homme d’affaires soudanais Hassan Abdallah Borgou et l’Ambassadeur du Tchad à Khartoum, sabre au clair !

Publié le 18 juin, 2014

La compagnie Toumaï Air ayant arrêté ses vols entre Khartoum et N’djamena pour faillite, les occasions sont donc propices pour tous les intermédiaires véreux de faire des affaires sur le dos du Tchad et des tchadiens. C’est ainsi que Mr H.A. Borgou (celui là même qui est responsable des investissements chinois au Tchad) a contacté la compagnie soudanaise Tarko pour desservir la ligne Khartoum – N’djamena en ayant Khartoum comme siège permanent et Mr Borgou représentant attitré. Le contrat de location devrait être signé le 20 juin 2014 par Mme le consul de l’Ambassade du Tchad lequel consul passe être par ailleurs la petite sœur de Mme Borgou. Toutes ces tractations sont menées à l’insu de Mr l’Ambassadeur bien que le dossier soit suivi par un membre de l’Ambassade. Quand le chef de mission a appris l’affaire qui se trame sur son dos, ce fut l’explosion, or Mr Borgou qui a des appuis solides au plus haut sommet de l’Etat n’a pas non plus démonté ! En effet, il a menacé l’Ambassadeur de le faire débarquer de son poste et l’embarquer en un clin d’œil par le premier avion en partance pour le Tchad ! Le diplomate, qui est aussi du sérail, n’a pas voulu cédé aux menaces du soudanais et a purement et simplement bloqué le dossier. Aux dernières nouvelles, compte tenu des enjeux du problème, le contentieux serait soumis à l’appréciation du Ministre des télécommunications en visite à Khartoum.

Ce qu’il faut retenir de ce qui précède de cette affaire aux allures zaghawo-zaghawa , c’est toute l’image du Tchad, de son administration et de son Président qui sont mis à découvert dans un pays étranger. Cela dénote aussi des pratiques maffieuses de l’administration du clan au pouvoir et de ses prébendiers. La simple question que tout tchadien d’esprit sain pourrait bien se poser est la suivante : comment et pour quels mobiles, un simple agent des services des renseignements soudanais a pu s’introduire dans les hautes sphères du pouvoir pour influer pour ne pas dire accaparer les grands dossiers d’investissement du pays, à savoir la cimenterie, le pétrole, le chemin de fer Nyala (Soudan)- Abéché. ..etc, etc… ?? Ce démarcheur des chimères qui a juste pour rôle de négocier les commissions entre les soumissionnaires et Deby a pu déjà par des prouesses dont il est seul à avoir la clé, phagocyter la Présidence et son locataire, alors il est temps pour lui-soudanais qu’il est- de faire main basse sur l’Ambassade qui deviendra sans nul doute le soubassement de ses magouilles au nom du Tchad.

Correspondant particulier
Khartoum – Soudan

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article