Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ivoir-Opinion

LAURENT GBAGBO COMME ABDULLAH ÖCALAN ?

23 Décembre 2014 , Rédigé par ivoir-opinion louis sévérin ANOUMA

LAURENT GBAGBO COMME ABDULLAH ÖCALAN ?

Pour battre en brèche tous ceux qui refusent que de sa cellule, Laurent GBAGBO dirige le FPI, les noms de MANDELA et D’ÖCALAN sont fréquemment cités par les adeptes du « Gbagbo ou rien ». Pourtant, ceux-ci se gardent bien de dire que ces deux leaders n’ont jamais été réfractaires à la discussion avec leurs « geôliers ».

En ce qui concerne Öcalan, idolâtré par ses militants du PKK mais considéré comme un terroriste par les puissances occidentales, il s’évertue pourtant depuis sa cellule à redorer son blason auprès de la coalition internationale conduite par les Usa. De tels agissements posent le problème des limites du jusqu’au-boutisme.

1. LES LIMITES DU JUSQU’AU-BOUTISME

Les exemples de Nelson MANDELA de l’ANC et d’Abdullah ÖCALAN du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan, mouvement rebelle) attestent de l’opportunité qu’offrent la négociation et la concertation. Si la libération du premier est le résultat d’âpres négociations entre le régime sud africain, les Etats-Unis et l’ANC, l’intégration récente du PKK à la coalition internationale contre l’Etat Islamique, Daesh, montre les limites du jusqu’au-boutisme et les incongruités politiques du tant que…tant que.

En effet, Abdullah ÖCALAN, dit "Apo", marxiste-nationaliste, qui purge depuis 1999 une peine de prison à vie, a officiellement renoncé au nationalisme et au terrorisme afin d’entamer des négociations avec la Turquie. Son incarcération est-elle à l’origine de ces convictions diamétralement opposées à celles du début ?

En tous les cas, cette politique de rapprochement avec son pire ennemi, est consacrée par son message en faveur de la paix en automne 2012 où il explique que «la période de la résistance armée a ouvert une porte à un processus de politique démocratique». «Les sacrifices n’ont pas été faits en vain», assure-t-il, «ce n’est pas la fin du combat, c’est le début d’un nouveau combat».

Cette déclaration, acclamée par les populations Kurdes et Turques, concrétise plusieurs mois d’intenses discussions et met un terme à plusieurs années de combats particulièrement meurtriers entrecoupées de grèves de la faim de nombreux détenus kurdes.

N’est ce pas un appel similaire à celui de Laurent GBAGBO après le bombardement de sa résidence et la mort de nombreux ivoiriens où, de l’hôtel du Golf, il annonce la fin de la phase militaire de la crise et l’ouverture de négociations politiques ?

Gbagbo ne demeure –t-il pas dans sa logique en relevant l’inopportunité du boycott des dernières élections locales (municipales et régionales) par le Fpi. (Dixit Miaka OURETTO au comité central du 13 septembre 2014).

Force est de constater qu’ ÖCALAN inscrit son parti au centre du jeu politique Turc alors que les jusqu’au boutistes du Gbagbo ou rien s’en excluent en refusant de participer aux élections tant que Gbagbo sera en prison. Irréductibles avez-vous dit ou apprentis- sorciers ?

2. « GBAGBO M’A DIT »

Mandela n’a été président de l’Anc qu’à sa sortie de prison en 1991. Cela ne l’a pas empêché, depuis sa cellule, d’être le principal interlocuteur du régime Sud Africain. ÖCALAN Fondateur et chef du PKK l’est demeuré après son arrestation en 1999 et continue de dicter ses orientations politiques lors des visites des membres de sa famille notamment par son frère Mehmet Öcalan ou des députés du Parti pour la paix et la démocratie (BDP, pro-kurde) qui siègent au parlement.

La question est de savoir le canal par lequel les recommandations de Laurent GBAGBO seront transmises au FPI depuis sa cellule de la Haye et quelles en seront les fréquences, s’il est élu Président du FPI ? La Haye→Abidjan, 6000 Km tandis qu’Öcalan est dans son pays ? L’intérimaire se déplacera-t-il avant et après chaque Comité central ? Va -t-on gérer des affaires politiques via le net ?

Un autre aspect du PKK est sa structuration selon un modèle tribal qui impose à ses troupes un culte de la personnalité pathologique. Seule la transformation du FPI en un club de soutien, où l’information véhiculée de haut en bas ne souffre d’aucune contestation, peut assurer la fluidité des éventuelles recommandations de Laurent GBAGBO depuis la Haye. Ne sommes nous pas déjà dans un tel schéma ? Laurent GBAGBO parle et ton peuple exécutera !!! Aux ordres Fpïstes !!

LOUIS SEVERIN ANOUMA

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article