Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ivoir-Opinion

SE RETIRER DE L’ELECTION PRESIDENTIELLE D’OCTOBRE 2015, N’EST PAS FPI.

7 Octobre 2015 , Rédigé par Louis Sévérin ANOUMA

SE RETIRER DE L’ELECTION PRESIDENTIELLE D’OCTOBRE 2015, N’EST PAS FPI.

Pour des raisons liées à sa vocation et son histoire avec les élections présidentielles en Côte d’Ivoire, mais surtout pour la libération de Laurent GBAGBO et Charles BLE GOUDE.

1. On ne s’improvise pas candidat à une élection présidentielle.

Avoir une haute idée de la Cote d’Ivoire et s’investir pour un devenir harmonieux de la Nation, ne se fait pas en quelques mois.

Devenir président de la république de la Côte d’Ivoire est une affaire tellement sérieuse que l’on ne s’y prendrait pas sur un coup de tête ou une subite recommandation d’une bande d’amis.

Cela demande Réflexion, Consultation, Organisation et Programme. C’est pourquoi les candidatures précipitées sont toujours suspectes.

Mais déposer sa candidature auprès d’une structure qualifiée d’illégitime et réclamer sa disparition équivaut à de la plaisanterie. Bien plus, exiger à 1 voire 2 mois du scrutin un réaménagement de l’organisation au motif que les structures ne sont pas démocratiques est immature.

L’effet escompté est tout simplement la démobilisation des électeurs au profit du président- candidat sortant. Pour cela certains candidats sont bel et bien dans leur rôle.

D’autres candidats renonceraient à leur participation après avoir pris la pleine mesure des dispositions que requiert l’élection présidentielle en termes de moyens humains, organisationnels et financiers. Cela relève de l’improvisation.

Pour le devenir de la Côte d’Ivoire, alors que

  • la liste électorale de 2010 n’a subi que quelques légères retouches,
  • pour une fois, les résultats de chaque bureau de vote seront connus en temps réels par toutes les parties et diffusés sur les réseaux sociaux,
  • aucun délinquant militaire ne perturbera l’élection,
  • la réconciliation nationale est un échec,

Pourquoi ne pas rechercher le suffrage des électeurs ? La vocation d’un parti politique est-elle de rester dans les récriminations ?

2. Le FPI et les élections présidentielles

Le FPI n’a pas attendu que les élections présidentielles en Côte d’Ivoire soient transparentes et crédibles pour y participer. Lorsqu’il les juge acceptables le FPI prend ses responsabilités :

  • 1990, sous le parti unique avec BOMBET et IPAUD LAGO, le FPI, contre la coalition de la gauche, a participé et perdu.
  • 1995 il l’a boycottée parce que ne la trouvant pas acceptable.
  • 2000 malgré la junte militaire et une Ceni acquise à Robert Guéï il a participé et gagné.
  • 2010 avec une CEI acquise à l’opposition il a participé et gagné.
  • 2015, malgré une CEI acquise à Ouattara, il participe et espère gagner.

C’est cela l’histoire du FPI. Un parti crée pour conquérir le pouvoir d’Etat afin d’appliquer son programme de gouvernement pour la restauration du pays à travers la réconciliation nationale, la paix et le bien être des populations.

A cet effet, l’élection présidentielle d’octobre 2015 est une exigence pour le FPI et son candidat. Car, la première mesure que prendrait la président AFFI N’GUESSAN, une fois élu, serait de demander au nom de l’Etat de la Côte d’Ivoire, La libération du président Laurent GBAGBO et de Charles BLE GOUDE.

Cela aucun candidat ne l’a expressément annoncé.

Mobiliser, nous vaincrons.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article