Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ivoir-Opinion

POLITIQUEMENT, LA VIE DE LA NATION NE S’ARRETE PAS AU REFERENDUM

3 Novembre 2016 , Rédigé par Louis Sévérin ANOUMA

POLITIQUEMENT, LA VIE DE LA NATION NE S’ARRETE PAS AU REFERENDUM

La politique ce n’est pas toujours dire non ! Et attendre des lendemains meilleurs.

Les partis politiques, au-delà de dénoncer ce qui est injuste et anti- démocratique, doivent se battre avec le minimum pour accéder au pouvoir.

MINIMUM DEMOCRATIQUE

Que dire d’un père de famille mécontent de son salaire en fonction de son rendement, décide d’arrêter de travailler sans avoir auparavant trouver un autre point de chute pour subvenir au besoin de sa famille ?

Tout en se battant pour l’amélioration de son traitement salarial et en recherchant une meilleure offre,  n’a-t-il pas le devoir d’assurer, avec le peu, la subsistance de son foyer.

Va–t-il tout abandonner et entrainer ses enfants à vivre de mendicité ? Jusqu’à quand va-t-il vivre de la générosité des autres ?

C’est pourquoi démissionner, se serait faire preuve d’irresponsabilité.

COMMENT FAIRE PARTIR OUATTARA ?

Peut –on bloquer le système avec un PDCI viscéralement arrimé au RHDP ? Lorsque toutes les institutions fonctionnent, pourrait-on compter sur un éventuel soutien de la communauté internationale ? 

Avant que les conditions ne soient réunies, il faut se battre sur deux fronts :

  • Utiliser le minimum de démocratie en participant aux élections
  • Manifester, boycotter etc.

Faire l’un sans l’autre n’est pas la meilleure démarche politique.

En l’espèce comment capitaliser l’élan enregistré lors des manifestations contre le référendum ?

*Pourquoi ne pas, en collaboration avec la société civile, organiser une journée de ville morte ?

Toutefois,

  • Convaincu que toutes les conditions idoines ne seront jamais réunies
  • Convaincu de notre majorité

*Pourquoi ne pas aller aux élections  législatives car :

ETRE A L’ASSEMBLEE C’EST

*Obtenir un groupe parlementaire (08 députés)

*participer aux débats sur la Nation ( les temps de parole sont répartis proportionnellement entre groupes )

*inscrire à l’ordre du jour des séances, des propositions telles  projets de loi, résolutions sur des commissions d’enquêtes etc. 

*poser dans les rencontres interparlementaires des problèmes relatifs aux déni-démocratiques, aux abus du pouvoir etc.

Sur cette question Fondamentale : faut-il participer aux élections législatives et locales ? Le Front de refus aura du mal à faire l’unanimité.

Admettant que Youssouf Bakayoko demeure président de la Cei, allons nous boycotter les élections présidentielles de 2020 ?

POLITIQUEMENT, LA VIE DE LA NATION NE S’ARRETE PAS AU REFERENDUM.

Bien que le référendum a permis

●d’obtenir le droit de manifester

●de montrer aux yeux de la communauté internationale les limites du pouvoir Ouattara,

●de braver la peur

Et puis après que faisons-nous ?

Sachant que pour un syndicat, décréter une grève illimitée est irresponsable

A–t-on la capacité de demeurer dans la rue jusqu’à ce que OUATTARA tombe ? Cette stratégie s’alimenterait de quoi ? Les ivoiriens vont-ils inlassablement soutenir un tel mouvement ?

Ivoiriens, levons nous, la conquête de l’hémicycle nous le commande !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article