Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ivoir-Opinion

CES ETERNELS GAUCHISTES !

29 Décembre 2016 , Rédigé par Louis Sévérin ANOUMA

CES ETERNELS GAUCHISTES !
CES ETERNELS GAUCHISTES !

Les crises de nombreux partis de gauche, ont un dénominateur commun, le gauchisme, courant politique d’extrême gauche qui s’oppose radicalement aux partis traditionnels de gauche. La fronde du FPI, prétextant des boucs émissaires, s’y retrouve en n’ayant aucune vision pour la restauration de la Cote d’Ivoire et en s’opposant à toute participation aux élections.

Dans les partis de droite, l’union autour du leader est plus spontanée. En cas de désaccord profond sur la ligne politique, les militants de droite, beaucoup plus disciplinés que ceux de gauche, arrivent à taire leur divergence lorsque l’enjeu le recommande.

A l’inverse, les partis de gauche sont émaillés de plusieurs tendances qui prônent leur « indépendance » quel que soit l’enjeu. Les militants de gauche affirment leur différence au risque de perdre le pouvoir.

De la gauche révolutionnaire à la gauche démocratique, le gauchisme, la maladie infantile du communisme selon Lénine conserve la même caractéristique.

Si Lénine dénonçait le comportement des opposants de gauche qui, par principe, prônaient l’abstention aux élections dans les démocraties parlementaires, de nos jours, les gauchistes, toujours réfractaires aux élections, préfèrent les réactions de la foule, les coups de gueule, la colère et l’indignation.

A observer les gauches française, Ivoirienne, Camerounaise, Congolaise etc. perdre le pouvoir et faire le lit à la droite constitue un moindre mal au détriment du combat idéologique interne. Privilégier les débats mêmes les plus stériles semble convenir à une gauche de plus en plus sectaire parsemée de tabous et de fatwas.

En Côte d’Ivoire s’attaquer à une gauche qui, malgré l’injustice et le déficit démocratique, participe au jeu politique en espérant grignoter des parcelles du pouvoir, devient la contradiction principale de la gauche populiste d’Aboudrahmane Sangaré, de Bamba Moriféré etc. où l’égo des uns rivalise avec la cécité des autres et des substantifs comme traitres, vendus fusent au gré de leurs rassemblements et sur la toile.

Cependant le gauchisme pèche toujours par un manque de projection et campe en marge de la république ; prompts à critiquer le système, appelant à une révolution populaire sans aucune stratégie.

Ainsi en est­il de la fronde Sangariste qui en dehors de l’enjeu circonstanciel de la Constitution fonde sa survie sur une hypothétique libération de Laurent GBAGBO début 2017.

Pris à leur propre piège, ces radicaux n’oseront jamais affronter la réalité et préparer une alternative démocratique au régime Ouattara qui passe nécessairement par l’union mais… surtout pas avec la gauche réformiste.

Contrairement aux gauchistes qui rejettent tous les inféodés du capital, les gaucho­populistes de la fronde, tels des désespérés, s’arc­boutent aux libéraux du Pdci et de Lider qui, avec raison, les laissent en rade au moment des élections car la politique ne se résume pas à la rue et à l’émotivité.

L’essentiel étant ailleurs que dans la restauration de la Cote d’Ivoire, la fronde, tel un serpent, se mordra la queue. Car, si un homme politique, au-delà de la parole, se jauge à sa capacité de se faire élire, s’en remettre à un des rares militants responsables à n’avoir aucune base, ni jamais remporté une élection constitue un HANDICAP.

Dire Non, toujours Non et encore Non…

Du Gauchisme infantilisant, délivre-nous Seigneur !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article