Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ivoir-Opinion

FPI , Maintenir le CAP

23 Décembre 2016 , Rédigé par Louis Sévérin ANOUMA

FPI , Maintenir le CAP

FPI : 118 130 = 3 députés
Indépendants : 780 629 = 75 députés
RHDP : 1 019 057 = 167 députés
UDPCI : 60 566 = 6 députés
UPCI : 20 806 = 3 députés
Voici les chiffres communiqués par la CEI.

Une recomposition du paysage politique ivoirien serait-elle en cours ? Les élections législatives poussent elles à croire à cette hypothèse ?

Pour l’instant, la lecture des suffrages exprimés pose le problème du redécoupage électoral (ce que refuse le Rhdp) et du nombre d’indépendants qui se départiront de leur attache originel. Si une recomposition doit avoir lieu, autour de quel projet se ferait elle ?

La dynamique des « indépendants », loin de former un groupe homogène, relève surtout du choix des partis dont certains privilégient des dinosaures ou gros calibres quand d’autres cèdent aux alliances ou encore opèrent pour des règlements de comptes.

Par contre, à moins de se fondre dans un parti ou de donner une existence légale à leur groupe, une recomposition sans les « Sangaristes » pointe à l’horizon.

Dans leur logique de tout boycotter tant que Laurent Gbagbo n’est pas libéré et que des conditions d’élections justes et crédibles ne soient crées, les « Sangaristes » s’isolent de plus en plus et finiront perdants.

Car une chose est certaine : le système RHDP ne favorisera jamais l’opposition. Bien au contraire, continuer à la diviser lui permet d’avancer tranquillement. Et le remplacement bientôt de Yssouf Bakayoko par un homme du sérail ne changera pas l’ossature de la CEI.

Face à cette évidence, après le boycott de la Constitution et des Législatives, les « Sangaristes » n’ont qu’une seule option : boycotter les Municipales, les Régionales et aussi les Présidentielles de 2020 ? Car si par extraordinaire ils décident d’y participer c’est avouer l’échec de leur tactique en donnant raison au FPI.

C’est pourquoi, malgré le torpillage des frondeurs et d’un découpage électoral en sa défaveur, fort du nombre plus qu’honorable des suffrages exprimés, le FPI doit maintenir le cap en préparant les municipales et les régionales. En sillonnant le pays et en participant aux élections futures, les ivoiriens finiront par comprendre que leurs intérêts se trouvent dans l’alternance politique.

Doucement Doucement on est pressé

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article