Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ivoir-Opinion

MEME COMBAT!!!

5 Août 2017 , Rédigé par Louis Sévérin ANOUMA

MEME COMBAT!!!

« Seul doit compter l’intérêt de notre patrie, la Côte-d’Ivoire », a dit Laurent Gbagbo au Pr Ouégnin.

Laurent GBAGBO au-dessus du préalable du tant que, tant que cher aux GOR qui semblent avoir finalement compris ce qu’Affi N’GUESSAN disait depuis «  interview L’INTER septembre 2014 »

Tout le monde s’accorde à dire que la question de la libération du président Gbagbo est politique. Comment résoudre un problème politique si on n’est pas dans le jeu politique.
L’on sait que pour soutenir ses demandes de mise en liberté provisoire du président Laurent Gbagbo, Me Emmanuel Altit s’est essentiellement appuyé, notamment en février 2014 puis en juin 2014, sur les résultats de notre stratégie de l’action politique, en mettant en exergue « le rôle central du FPI dans le processus politique ivoirien actuel », « la volonté partagée du FPI et du gouvernement ivoirien de surmonter leurs différends », « la légitimation du FPI comme interlocuteur incontournable du dialogue démocratique en Côte d’Ivoire », pour conclure que « (…) la question de la libération provisoire du président Laurent Gbagbo est un élément important du dialogue engagé par les deux camps », qu’elle « s’inscrit pleinement dans le processus de réconciliation nationale » et que « le président Gbagbo, conscient des responsabilités qui lui incombent vis à vis de la Cour et vis à vis de la Côte d’Ivoire, n’a aucune intention de se soustraire à la justice. Il poursuit le même objectif que les membres de son parti : la réconciliation entre les Ivoiriens ». Nous devons continuer à donner des arguments politiques à la défense pour sortir le président Gbagbo de cet enfer. Le président Gbagbo lui-même a dit que la phase de la violence est finie et qu’il faut faire place à la phase civile, c'est-à-dire les négociations. Evidemment, le jeu politique n’exclut pas des manifestations politiques - bien au contraire - pour appuyer les négociations politiques. Toute autre stratégie assise sur des logiques de vengeance, de violence, d’épreuve de force compromet la libération du président Gbagbo.

         Et AFFI de continuer sur les émotions :

Tous les actes que nous posons doivent servir nos objectifs politiques. C’est d’abord cela le principe premier. Chaque fois qu’on pose un acte, on doit voir quel est le gain politique ; et ne pas poser des actes par ressentiment, par colère, par vengeance alors qu’au bout il n’y a aucun gain politique. Il y a certainement une satisfaction morale ou sentimentale, mais aucun gain politique. Les émotions, c’est la première maladie qu’il faut soigner si on veut bâtir une stratégie gagnante. Et vis-à-vis des questions de cette nature, c’est la loi du gain politique qui prime.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article