Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ivoir-Opinion

Pourquoi des attaques répétées contre le Venezuela ?

5 Mai 2015 , Rédigé par Louis Sévérin ANOUMA

Pourquoi des attaques répétées contre le Venezuela ?

Ce pays de 35 millions d’habitants et d’une superficie de 900 millions de Km2 fait régulièrement la Une des journaux et est souvent présenté par les médias occidentaux comme un mauvais exemple, un pays où les droits et libertés ne sont pas respectés etc.

Mais ce pays est celui de Simon BOLIVAR (1783-1830), El Libertador, l’une des figures emblématiques de l’émancipation des peuples d’Amérique du sud mais également du Charismatique Hugo CHAVEZ, le père de la révolution bolivarienne, celui qui remporta 15 des 16 élections qui ont jalonné sa présidence et dont la dernière fut le 07 octobre 2012.

  1. Les avancées sociales

Arrivé au pouvoir en 1999, Hugo CHAVEZ, fit de l’émancipation du peuple vénézuélien et le recul de l’extrême pauvreté ses priorités. A cet effet, les dépenses sociales augmentent de 60 %.

Au niveau de l’éducation, le nombre d’enfants scolarisés est passé de 6 millions en 1998 à 13 millions en 2011 et le taux de scolarité dans l’enseignement primaire est désormais de 93,2%. En décembre 2005, l’UNESCO décrète l’éradication de l’illettrisme.

Au niveau de la santé, le Système national public de santé garanti l’accès gratuit aux soins à tous les Vénézuéliens et de 2005 à 2012, 7 873 centres médicaux ont été crées. Le nombre de médecins passe de 20 pour 100 000 habitants en 1999 à 80 pour 100 000 habitants en 2010, soit une augmentation de 400%.

Le salaire minimum estimé à 100 bolivars (16 dollars) en 1999 passe à 2047,52 bolivars (330 dollars) en 2012, soit une augmentation de plus de 2000%. Il s’agit du salaire minimum en dollars le plus élevé d’Amérique latine.

Le taux de pauvreté de 49% en 1998 est tombé à 25% en 2013 et la pauvreté extrême a diminué 66% en 1999 à 5,4% en 2014.

Politiquement, dans l’esprit de Simon bolivar, Hugo Chavez s’émancipe de la tutelle des Etats-Unis et du Canada en mettant en place la Communauté des Etats d’Amérique latine et de la Caraïbe (CELAC) qui regroupe pour la première fois les 33 nations de la région.

Si les avancées sociales enregistrées sortent le pays de plusieurs décennies d’obscurantisme, l’inflation galopante et la pénurie des produits de première nécessité mettent un bémol à la révolution bolivarienne.

Cependant, de telles performances ne semblent ne pas avoir d’écho favorable auprès des médias occidentaux. Malgré une liberté d’opinion, le matraquage systématique de la presse étatsunienne, dépeignant Hugo Chavez en dictateur et relativisant les mesures avant- gardistes en matière de développement, reste tout de même disproportionné.

2. La primauté des intérêts vénézuéliens

La campagne d’intoxication contre le Venezuela provient des mesures exceptionnelles en vue de protéger les intérêts du peuple vénézuélien à travers l’adoption de la constitution bolivarienne après l’élection du président Hugo CHAVEZ le 02 Février 1999.

En effet, la nouvelle constituante adoptée le 19 décembre 1999 par référendum à 72% enlève des privilèges aux compagnies étrangères principalement pétrolières.

Toutefois, cette nationalisation ne fut pas la première. En 1975, l’extraction et la transformation sont devenues le monopole de l’Etat. Mais sous la pression des Usa l’industrie pétrolière s’ouvre à nouveau aux intérêts étrangers en 1990.

Considérant que le pétrole représente la moitié des rentrées de l’Etat, la révolution bolivarienne consacre la souveraineté des Vénézuéliens sur les produits du sol et du sous- sol.

C’est ainsi qu’au titre du territoire, l’article 13 de la constituante stipule que le territoire ne pourra jamais être cédé, transféré, loué, ni sous quelque forme que ce soit aliéné, même d'une façon temporaire ou partielle, à des pays étrangers ou à d’autres sujets de droit international.

Les états étrangers ou autres sujets de droit international pourront seulement acquérir des immeubles pour les sièges de leurs représentations diplomatiques ou consulaires dans des zones déterminées et sous réserve de réciprocité dans les limites établies par la loi. Dans ce cas restera toujours sauve la souveraineté nationale.

Qu’au titre des monopoles, l’article 113 tout en les interdisant, précise que quand il s'agit de l'exploitation des ressources naturelles, propriété de la Nation ou de la prestation des services publics avec ou sans exclusive, l'Etat pourra donner des concessions pour un temps déterminé, en assurant toujours l'existence des contre-prestations ou des contreparties adéquates à l'intérêt public.

Mais pour couronner le tout, au titre des contrats, l’article 150 dit clairement que ne pourront être conclus aucun contrat d'intérêt public municipal, étatique ou national, ou avec des Etats ou entités officielles étrangères ou avec des sociétés non domiciliées au Venezuela, ni cédés à eux sans l'approbation de l'Assemblée Nationale.

Ces mesures exceptionnelles irritent les Américains et les compagnies étrangères qui exacerbent les tensions afin de déstabiliser le pouvoir du successeur d’Hugo CHAVEZ, le président Nicolas MADURO.

C‘est pourquoi, face aux jeux troubles des Usa qui considère le Venezuela comme une menace et de l’opposition de commandite, le président Maduro a obtenu le 15 mars 2015 des pouvoirs spéciaux de l'Assemblée nationale, qui lui permettent de gouverner par décret jusqu'à la fin de l'année en matière de sécurité et de défense.

Il a en outre, soumis les américains désireux de se rendre au Venezuela au visa d’entrée et réduit le nombre de diplomates américains.

Le Venezuela, pays essentiel en Amérique du sud, membre de l’OPEP, malgré les attaques des occidentaux affirme sa souveraineté par des prises de décision concrètes.

Indépendamment des contextes historico-politiques différents, la révolution bolivarienne pourrait –elle s’exporter en Afrique et particulièrement en Cote d’ivoire ?

Au-delà du populisme souverainiste aurions- nous l’audace de la rupture salvatrice en consacrant la souveraineté de la Côte d’Ivoire sur son sol et son sous-sol ?

Louis Sévérin ANOUMA

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article